Voyage d’une peureuse

La VanLife c’est bien cool, mais ça peut faire un peu peur…

Le camping, bof bof…

Pour une fille qui n’aime pas trop le camping classique, qui n’est pas vraiment manuelle, et qui, disons-le, est même un peu beaucoup paresseuse quand vient le temps d’installer un ensemble de patio rétractable, de gonfler un matelas de sol ou encore de laver sa vaisselle dans le lavabo d’une salle de bain publique…Eh bien, la Vanlife peut avoir l’air d’un beau guet-apens pour la reine du moindre effort.

Mais non! Je peux vous jurer que le jeu en vaut la chandelle et que mes craintes (non fondées) se sont dissipées après seulement une journée en van.

Respecter ses limites

J’ai donc décidé de vous raconter comment ma petite famille citadine au besoin bien douillet s’en est sortie comme une vraie championne de roadtrip. Mais ce texte sert aussi et surtout à vous présenter une version du camping qui n’implique pas nécessairement de faire cuire tous ses repas directement sur un feu de camp, de dormir dehors et de se laver à la mitaine. Dans le fond, je voulais vous montrer que même moi j’ai pu vivre une expérience de vacances en nature agréable et dépaysante, tout en respectant mes limites.

Un itinéraire bien simple

Jour 1

Départ de Montréal en début d’après-midi, arrivée à Québec autour de 16h, souper avec des amis et nuit dans le stationnement de ceux-ci (un vrai service 5 étoiles pour commencer). On s’est même permis une petite douche dans leur condo avant de reprendre la route. Jusque-là, la vie n’était pas trop dure avec nous.

Jour 2

Départ de Québec en avant-midi, arrivée à Baie-St-Paul pour dîner. Notre choix s’est arrêté sur la boulangerie À chacun son pain, qui nous avait été chaudement recommandée. Visite rapide de la ville, et achat de (beaucoup) de provision pour les quelques repas à venir. Départ pour le parc National des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie (SEPAC) en milieu PM. Après quelques zigonnages, arrivée au parc et installation de la van dans notre spot de camping. S’amorçait ainsi notre première nuit officielle dans la nature.

Voilà où commence le conte de fées de la wannabe vanlifer pas-tout-à-fait-prête-à-se-salir-les-mains. Comme je vous l’ai dit, j’avais fait le plein de bouffe en passant par Baie St-Paul alors notre repas s’est fait sous le thème des produits locaux avec 3-4 fromages de la région (dont le Migneron et le Fleurmier sans oublier le fameux fromage en crotte tout frais de la Laiterie Charlevoix), des pleurotes marinés, du jambon séché des Viandes Biologiques de Charlevoix, un beurre de poire, et une petite moutarde de Dijon pas piquée des vers. Et bien sûr, nos bonnes miches de pain au levain de la boulangerie.

Vous comprendrez qu’on n’a pas eu besoin de s’aménager une cour arrière pour savourer notre repas. Une planche à couper, des assiettes, nos verres de vin et hop, on était déjà au paradis. Sans parler du fait que la SEPAQ fourni des tables de pique-nique dans tous ses espaces de camping, alors même pas besoin de se déplier une petite chaise toi!

On a fini en jouant aux cartes le ventre bien plein.

Jour 3

Le gros + de notre snack de la veille, c’est qu’il nous en restait amplement pour déjeuner. Donc, après avoir replongé dans le fromage, on a décidé d’aller marcher dans les jolis sentiers de la SEPAQ question de bien digérer tout ce terroir. Notre marche a été ponctuée de quelques rencontres bien divertissantes, faucon pèlerin, porc-épic, mini serpent (pas de panique), papillons et plein d’autres petites bibittes ont croisé notre chemin, pour notre plus grand plaisir.

Une fois la portion plein-air/découverte de la faune/sport accompli, on est revenu à notre campement pour se doucher à l’arrière de notre amie la van et on a repris la route pour réaliser un autre défi (défi lancé par mon chum, pour mon chum…), soit celui de trouver la meilleure poutine de casse-croûte du coin.

Trois essais en 24h (oui oui) furent nécessaires pour réaliser cette lourde tâche. Et c’est finalement le casse-croûte Rondpoint de Baie St-Paul qui a remporté les honneurs. Leur poutine Bouchard accompagnée du burger Dufour forme un duo qui a fait de mon chum un homme heureux, mais HEUREUX là…

On a fini la journée au camping Le Genévrier, où on avait réservé un terrain avec eau et électricité compris. L’objectif était de remplir notre réservoir et d’évacuer l’eau-grise. Les campings ont très souvent des stations prévues à cet effet, et c’est suuuuper simple à faire (juste à ouvrir la valve sous la van et laisser couler l’eau dans l’espace autorisé). Encore une fois, rien de sorcier pour la madame!

Le Genévrier est situé à seulement 8 min de voiture du centre-ville de Baie St-Paul. Il s’agit d’un lieu idéal pour les familles, avec une petite plage et un grand parc. Il y a également un sentier qui permet d’accéder à pied à la Laiterie Charlevoix.

Jour 4

On a fait nos touristes en allant se promener sur la rue principale de Baie St-Paul. Composée de tout plein de boutiques artisanales et de belles terrasses (mention spéciale à celle du Restaurant le Mouton noir), je me suis fait un gros plaisir en m’achetant un bouquet de lavande séché en souvenir (eh oui). Comme quoi il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir des fleurs.

On a quitté Charlevoix en milieu d’après-midi pour revenir vers Québec. Il nous restait alors deux journées de vacances, que nous avions prévu passer dans la capitale. C’est deux journées, comme le reste du voyage d’ailleurs, ont filées à toute allure.

Jour 5 et 6

On a profité de notre van pour aller visiter tous nos amis, qu’on ne voit que trop rarement. L’idée de passer un peu de temps avec eux, sans devoir s’imposer au coucher, ni reprendre la route après quelques verres, et sans payer pour une chambre d’hôtel, était juste géniale. BBQ, piscine, cocktails, pétanque, volleyball, musique, etc…. Je n’ai qu’à vous énumérer ces quelques mots pour que les images et les histoires se forment d’elles-mêmes.

Jour 7

On est reparti le cœur gonflé par les tonnes de beaux moments accumulés, le doux souvenir des matins paisibles dans la van, des nuits parfaitement fraiches, des rencontres colorés, des délicieux fous rires, des odeurs et des saveurs qui nous ont fait saliver, etc, etc.

Une van, des amis, Baie-St-Paul, le Québec; le bonheur ça ne fait pas si peur finalement!

par Catherine Vachon, Directrice marketing

Partagez la #goodvibe

x

tell me more

Enter your details below and learn about all the perks you get by using Xtrail Explorer.

[contact-form-7 404 "Non trouvé"]

Or call us for more info:

x

    Contact an advisor

      Contactez un conseiller

        Contact an advisor

          Contactez un conseiller

            Contact an advisor

              Contactez un conseiller

                Contact an advisor

                  Contactez un conseiller

                    Contact an advisor

                      Contact an advisor

                        Contact an advisor

                          Contact an advisor

                            Contact an advisor

                              Contact an advisor

                                Contactez un conseiller

                                  Contactez un conseiller

                                    Contactez un conseiller

                                      Contactez un conseiller

                                        Contactez un conseiller

                                          Contactez un conseiller